Un sentiment qui chamboule tout

© Yzipp Visu

Quand j’étais adolescente, je disais « je t’aime » aussi facilement que je dis « bonjour » aujourd’hui. Je choisissais quelqu’un qui réunissait toutes les caractéristiques que je chérissais et je me disais que forcément, c’était ça l’amour. Je confondais amour et attirance, amour et bienveillance et même des fois, amour et désir.

Puis, j’ai vécu des histoires qui m’ont aidée à mieux comprendre l’amour, qui m’ont appris à m’aimer, à aimer les autres, à aimer la vie, mais aussi à comprendre que l’amour et le respect vont de pair.

L’amour est un sentiment incroyable qui ne vit pas que dans les cœurs, mais partout.

L’amour est une folie commune, un sentiment qui arrive et nous prend aux tripes sans que nous ne nous y attendions et sur lequel nous n’avons aucun contrôle.

L’amour est une évidence qui fait que dès le réveil, quelqu’un habite nos pensées et ne les lâche plus jusqu’au soir et même lorsque nous dormons. 

L’amour n’est jamais quelque chose que nous pouvons mériter ou quémander : l’amour naît tout simplement. 

L’amour est aussi liberté. Je dirais même que l’amour a besoin d’une bonne dose de liberté pour exister et ceci a été la partie la plus difficile à accepter et à comprendre pour la sud-américaine jalouse au sang chaud que j’étais. Cela a été difficile, car j’ai grandi dans une société machiste où les relations qui m’entouraient étaient en grande partie faites de ces petites ou grandes choses qui donnent le sentiment d’appartenance envers l’être aimé. Je croyais, par exemple, que si nous aimions quelqu’un, il fallait le posséder, être jalouse ou encore savoir où l’autre était en permanence. En somme, il fallait lui couper les ailes et être content qu’il ne puisse plus voler.

J’ai dû ouvrir mon cœur pour comprendre tout ce que l’amour était réellement. 

Cette phrase reflète tout ce que je ressens à son propos aujourd’hui, de façon très condensée et plutôt poétique : « Si tu aimes une fleur, ne la cueille pas. Si tu la cueilles, elle meurt et elle arrête d’être ce que tu aimes. Alors si tu aimes une fleur, laisse-la vivre, tout simplement. L’amour n’est pas la possession. L’amour, c’est apprécier ce qui est. »

L’amour est aussi simple que de vouloir que la personne qui a notre cœur entre ses mains soit heureuse, même si ce n’est pas avec nous.

L’amour n’est pas égoïste : il n’est jamais méchant et cela même s’il peut parfois se sentir blessé.

L’amour est infini : il multiplie le bonheur par deux, trois, quatre, car il n’a aucune limite.

L’amour, c’est être libres, mais ensemble.

L’amour est bienveillant : il est patient, et c’est la langue universelle que nous pouvons tous parler.

L’amour peut s’exprimer aussi simplement qu’avec des paroles si nous arrivons à trouver les bons mots, mais quelquefois, il est silencieux et s’exprime via nos gestes et nos actions.

L’amour est compréhensif : il ne juge pas, il sait changer les larmes en sourires.

L’amour n’est pas destructeur : il ne fait pas mal, il ne ment jamais.

L’amour est transformateur : nous ne sommes jamais pareils après avoir aimé.

L’amour est un acte de foi : c’est avoir peur, mais décider de sauter en étant confiant que tout va bien se passer.

L’amour, c’est se réveiller tous les jours heureux car la personne qui fait battre notre cœur existe.

L’amour se passe à l’intérieur de nous, mais il peut se lire dans nos regards.

L’amour est le roi de tous les sentiments. 

L’amour, le vrai, t’aide à déployer tes ailes et à voler encore plus haut.

L’amour tourne autour du monde, c’est vrai, mais c’est encore plus vrai de dire que le monde tourne autour de l’amour.

Lady Annia

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :